Skip over navigation

Des chercheurs de l’IRHO rendent les soins de demain possibles aujourd’hui

Imaginez qu’un cœur se répare après une crise cardiaque ou qu’un cerveau se régénère après un AVC. Voilà le potentiel extraordinaire qu’offre la recherche sur les cellules souches. C’est aussi un volet du travail incroyable qui se fait au Centre de recherche sur les cellules souches Sprott de l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa (IRHO).

Cellules souches : des composantes fondamentales de notre corps

« Je travaille avec les cellules souches depuis le début de ma carrière », déclare le Dr Michael Rudnicki, scientifique principal, directeur du Centre de recherche sur les cellules souches Sprott et du Programme de médecine régénératrice de l’IRHO, et professeur à l’Université d’Ottawa. « Les cellules souches sont les composantes fondamentales de notre corps. Ce sont elles qui réparent les tissus endommagés tout au long de notre vie. Elles font partie de nous et si nous pouvons les exploiter, nous pourrons élaborer de nouveaux traitements contre de nombreuses maladies dévastatrices et mortelles. »

Cette année, le Centre Sprott a cinq ans. En ce court laps de temps, il est vite devenu un chef de file mondial en recherche sur les cellules souches.

« Le Centre Sprott offre un environnement multidisciplinaire unique qui compte des chercheurs fondamentalistes, des cliniciens chercheurs, des stagiaires et des employés exceptionnels travaillant ensemble pour donner vie aux découvertes, soutient le Dr Rudnicki. Nous avons également du matériel de pointe et un environnement propice à la collaboration et à l’apprentissage. »

Sous le leadership du Dr Rudnicki, le Centre Sprott constitue également un carrefour pour le Réseau de cellules souches du Canada, qui regroupe plus de 100 chercheurs de haut calibre travaillant sans relâche pour élaborer de nouveaux traitements.

Des découvertes et des essais cliniques pionniers

Les chercheurs de l’IRHO ont fait un certain nombre de découvertes pionnières, comme l’identification des premières cellules souches dans un muscle et dans le tissu cardiaque. Ces percées ont engendré la mise au point de médicaments expérimentaux à base de protéines qui peuvent stimuler les cellules souches du corps pour réparer et régénérer des tissus endommagés.

Ils ont également réalisé des progrès importants pour ce qui est de la greffe de cellules souches. En effet, ils ont traité des douzaines de patients atteints de sclérose en plaques par une greffe expérimentale des cellules souches de moelle osseuse, une procédure qui a donné des résultats très prometteurs.

La dernière année à elle seule a été marquée par de nombreux succès, comprenant des essais cliniques pionniers. Le Dr Duncan Stewart vient de recevoir l’approbation de Santé Canada pour mettre à l’essai le premier traitement par cellules souches pour les victimes d’une crise cardiaque, une première mondiale. De concert avec la Dre Lauralyn McIntyre, il a également reçu du financement pour le tout premier essai clinique de traitement du choc septique à l’aide de cellules souches.

« À titre d’intensiviste, je cherche toujours de nouvelles façons d’améliorer les soins aux patients, déclare la Dre McIntyre, qui est également scientifique à l’IRHO et professeure adjointe à l’Université d’Ottawa. Le choc septique est un des problèmes de santé les plus fréquents et les plus dévastateurs que nous voyons, et malgré tous nos efforts, de 30 à 40 % des patients en meurent. Les chercheurs du Centre Sprott ont démontré que le traitement par cellules souches peut tripler le taux de survie dans un modèle expérimental de choc septique. Nous sommes donc très enthousiastes à l’idée de mettre à l’essai cette nouvelle méthode sur des patients. Cet essai n’est qu’une première étape, mais elle a de quoi nous emballer. »

Chercheurs de renommée mondiale

Nous sommes fiers à l’IRHO de continuer à recruter les plus brillants chercheurs du monde entier grâce à notre milieu de recherche ambitieux et unique en son genre.

Le Dr William Stanford, scientifique de renommée mondiale, s’est joint au Centre Sprott en juillet 2011. Ses travaux sur la reprogrammation des cellules adultes normales de la peau et du sang pour transformer en puissantes cellules souches ont beaucoup de potentiel pour comprendre et traiter de nombreuses maladies.

Le Dr Bernard Thébaud, scientifique de calibre mondial, se joindra au Centre Sprott cet été. À titre de pédiatre, recruté conjointement avec le Centre hospitalier pour enfants de l’Est de l’Ontario (CHEO), le Dr Thébaud cherche à élaborer et à mettre à l’essai de nouveaux traitements régénérateurs pour les bébés prématurés dont les poumons sont sous-développés.

« Je suis venu au Centre Sprott parce que je voulais interagir avec de grands scientifiques spécialisés en cellules souches, mais également avec des cliniciens qui traitent des patients chaque jour, affirme le Dr Stanford, scientifique principal à l’IRHO et professeur à l’Université d’Ottawa. Le Centre Sprott est fantastique à cet égard : si j’ai une idée pour un nouveau traitement, je peux traverser le couloir et parler à un cardiologue ou une spécialiste des greffes de moelle osseuse pour voir ce qu’ils en pensent. Le regroupement de chercheurs fondamentalistes et de cliniciens chercheurs comme c’est le cas ici est crucial pour l’élaboration de nouveaux traitements. »

Cinq années fantastiques

Après cinq années fantastiques, l’équipe est certaine que l’avenir nous réserve encore beaucoup de réussites.

« Nous sommes tous très heureux et enthousiastes, fait remarquer Dre Marjorie Brand, scientifique principale à l’IRHO et professeure adjointe à l’Université d’Ottawa. Ces cinq années ont été jalonnées de découvertes et nous nous attendons à poursuivre ces nombreuses innovations et à demeurer productifs. »

« Les nouveaux traitements par cellules souches arrivent, ajoute le Dr Rudnicki. De notre vivant, nous verrons une transformation radicale de la médecine, et surtout, des traitements prodigués aux patients. »

Le Centre Sprott a été nommé en l’honneur des donateurs Eric et Vizma Sprott. Beaucoup d’autres donateurs à La Fondation de l’Hôpital d’Ottawa soutiennent le Centre, en plus de la Fondation canadienne pour l’innovation, du gouvernement de l’Ontario, des Instituts de recherche en santé du Canada et du Réseau de cellules souches.