Faits saillants de 2010-2011

Recherche qui améliore aujourd’hui les soins de santé de demain

  • Amélioration des soins des traumatismes du cou : Les personnes qui ont subi un traumatisme au cou à la suite d’un accident de voiture ou d’une autre blessure reçoivent maintenant des soins de meilleure qualité grâce à la Règle canadienne concernant la radiographie de la colonne cervicale mise au point par le Dr Ian Stiell. La Règle aide les urgentologues et les infirmières à repérer les patients qui risquent d’avoir une blessure au cou et ont donc besoin de soins particuliers (c.-à-d. immobilisation et imagerie diagnostique). L’utilisation de la Règle permet de fournir les soins les plus appropriés promptement et réduit le temps d’attente à l’urgence pour tous les patients. Après avoir fait l’objet de recherches poussées, la Règle est désormais utilisée dans dix hôpitaux ontariens grâce à une subvention du Council of Academic Hospitals of Ontario (CAHO). Visitez le site du CAHO pour plus de détails.
  • Dépistage amélioré du diabète après la grossesse : Les femmes atteintes de diabète gestationnel reçoivent désormais de meilleurs soins de suivi grâce à une étude menée par la Dre Erin Keely. La Dre Keely et ses collègues ont mis au point un système de rappel qui a permis de doubler le nombre de femmes recevant le dépistage recommandé du diabète six mois après l’accouchement. Mis en place à L’Hôpital d’Ottawa et à l’Hôpital Queensway Carleton, le système permet désormais à beaucoup de femmes de recevoir les conseils et le traitement dont elles ont besoin pour réduire les risques de diabète. Voir Maladies chroniques au Canada pour plus d’information.
  • Prévention d’infections graves chez les personnes atteintes de fibrose kystique : Grâce à une étude dirigée par le Dr Shawn Aaron, il est désormais possible de mieux protéger les personnes atteintes de fibrose kystique contre les infections pulmonaires. La fibrose kystique est une maladie pulmonaire génétique. Le Dr Aaron et son équipe ont découvert la présence et la propagation d’une souche de bactérie parmi les Ontariens atteints de la maladie. Les résultats de l’étude ont donné lieu à la mise en place de mesures plus rigoureuses de lutte contre l’infection auprès de ces personnes. Pour en savoir plus, voir l’article dans le Journal of American Medical Association (JAMA).
  • Prévention des AVC : Grâce à la mise sur pied d’un nouveau programme de prévention des accidents vasculaires cérébraux (AVC), les patients traités pour un mini-AVC à L’Hôpital d’Ottawa (L’HO) ont un risque nettement réduit d’avoir un AVC majeur. Centré sur le patient, le programme a été créé par le Dr Mike Sharma. Les patients sont conseillés au sujet des facteurs de risque d’AVC par des neurologues, des urgentologues et d’autres professionnels de la santé. Une étude a révélé que les patients traités à L’HO pour un mini-AVC et qui avaient participé à ce programme avaient un risque de seulement 3,2 % de présenter un AVC dans les trois mois suivants, relativement à la moyenne de 10 % dans d’autres centres. Pour en savoir plus, lisez l’article publié dans la revue Stroke de la American Heart Association.
  • La sécurité des patients d’abord et avant tout : Les patients de L’Hôpital d’Ottawa bénéficient désormais de soins plus sécuritaires grâce à un système électronique de surveillance de la sécurité des patients mis au point par le Dr Alan Forster et ses collègues. Le système mis en œuvre dans l’ensemble de l’hôpital repose sur la participation d’une infirmière observatrice qui fait la tournée régulière des unités pour signaler et faire rapport des dangers possibles pour la sécurité des patients au moyen d’un formulaire électronique. Le système a connu un tel succès qu’il a été repris et mis à l’essai dans d’autres hôpitaux d’Ottawa et de Montréal dans le cadre d’un projet de recherche financé par les Instituts de recherche en santé du Canada. Pour en savoir plus, consultez l’article au complet dans la revue British Medical Journal (BMJ) Quality & Safety.

Recherche qui donne de nouveaux espoirs

  • Découvertes importantes liées à la maladie de Parkinson : Le diagnostic et le traitement de la maladie de Parkinson pourraient un jour être plus faciles grâce aux recherches novatrices dirigées par le Dr Michael Schlossmacher. Le Dr Schlossmacher et son équipe ont mis au point une approche expérimentale de détection plus précoce et précise de la maladie par la mesure du taux d’une protéine appelée alpha-synucléine dans le liquide céphalorachidien. Ils ont également découvert les phénomènes biologiques expliquant le lien bien connu entre les maladies de Parkinson et de Gaucher. Les résultats suggèrent que des médicaments mis au point pour la maladie de Gaucher pourraient également profiter aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Voir l’article dans Lancet Neurology et Annals of Neurology pour en savoir plus.
  • Nouveaux traitements à l’aide de cellules souches : Une nouvelle étude menée par le Dr Duncan Stewart évoque la possibilité qu’un type couramment utilisé de cellule souche de la moelle osseuse pourrait contribuer à traiter la sepsie, une infection parfois mortelle qui peut se répandre dans l’organisme. L’étude montre que les cellules souches mésenchymateuses ont la capacité de faire guérir les organes atteints, d’éliminer l’infection et de tripler le taux de survie dans un modèle expérimental de sepsie. Voir l’article de le American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine pour plus de détails.
  • Des virus qui combattent le cancer : Le Dr John Bell et son équipe ont fait des progrès exaltants dans l’élaboration de virus oncolytiques. Ils ont découvert récemment qu’en plus d’infecter et de tuer les tumeurs directement, ces virus tuent aussi de façon indirecte les tumeurs en infectant et en détruisant les vaisseaux sanguins qui les alimentent. L’étude a été menée auprès de modèles de laboratoire, mais on a observé un effet similaire chez des patients, ce qui pourrait donner lieu à des essais cliniques novateurs. Pour en savoir plus, voir l’article dans Molecular Therapy.
  • Étude sur des traitements novateurs du cholestérol : La Dre Xiaohui Zha et son groupe ont découvert une nouvelle stratégie qui pourrait réduire l’accumulation de cholestérol dans les vaisseaux sanguins. Ils ont constaté qu’un peptide commercialisé appelé st-Ht31 modifie l’emplacement de la « machinerie de traitement » du cholestérol dans certaines cellules de vaisseaux sanguins, provoquant ainsi la libération par les cellules de grandes quantités de cholestérol. Bien que cette recherche n’en soit qu’à ses débuts, elle permet d’espérer de trouver de nouveaux moyens d’atténuer les risques de maladies cardiaques et d’AVC. Voir l’article du Journal of Biological Chemistry pour plus de détails.
  • Compréhension de la régulation de l’expression génétique : Une étude menée par la Dre Marjorie Brand jette une nouvelle lumière sur les moyens par lesquels une protéine peut avoir des effets opposés selon le type de cellules dans laquelle elle se trouve. Plus précisément, la Dre Brand et son équipe ont découvert que dans les cellules souches sanguines, la protéine TAL-1 stimule des gènes qui favorisent la production saine de globules rouges. Au contraire, lorsque la protéine TAL-1 se trouve dans certains globules blancs, elle active un ensemble de gènes complètement différents qui favorisent l’apparition de la leucémie. La découverte, à laquelle ont participé plusieurs groupes de l’IRHO, a des conséquences importantes sur l’élaboration de nouveaux traitements de régénération sanguine et de lutte contre la leucémie. Pour en savoir plus, voir l’article dans l’European Molecular Biology Organization (EMBO) Journal.
  • Personnalisation du traitement du cancer : La Dre Christina Addison et ses collègues ont découvert un nouveau biomarqueur qui pourrait aider à prédire quels patients atteints du cancer du poumon sont plus susceptibles de bénéficier d’un nouveau traitement ciblé contre le cancer. L’analyse d’échantillons sanguins provenant de plus de 500 patients, révèle qu’un faible taux d’une protéine, appelée facteur de croissance transformant alpha, améliore les chances que le patient puisse profiter du médicament erlotinib. En outre, l’équipe de la Dre Addison a fait la découverte d’un autre biomarqueur qui pourrait aider à prédire le taux de survie globale. Les résultats de cette étude représentent une importante avancée dans l’élaboration de traitements plus personnalisés contre le cancer. Voir l’article du Journal of Clinical Oncology pour plus de détails.
  • Nouvelle lumière sur la façon dont le VIH cause le sida : Une nouvelle recherche menée par le groupe du Dr Jonathan Angel perce les secrets du mécanisme précis du VIH responsable de l’affaiblissement du système immunitaire. Bien qu’on sache depuis plusieurs années que le VIH infecte directement et tue les cellules T, la recherche du Dr Angel montre pour la première fois que le VIH perturbe également la voie de signalisation IL-7 qui joue un rôle fondamental dans la formation, le fonctionnement et la survie des cellules T. Cette étude est importante parce qu’elle révèle qu’il pourrait être nécessaire de compléter les traitements du VIH reposant sur IL-7 (et actuellement au stade des essais cliniques) à l’aide de thérapies qui rétablissent la voie de signalisation IL-7. Pour en savoir plus, voir l’article du Journal of Leukocyte Biology.

Réalisations marquantes

  • Croissance des fonds reçus : Parmi tous les instituts de recherche hospitaliers au pays, l’IRHO récolte le quatrième plus important financement alloué annuellement par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Malgré la concurrence croissante pour les fonds de recherche, les scientifiques de l’IRHO continuent à se situer bien au-dessus de la moyenne nationale aux concours des IRSC pour l’octroi de subventions. L’IRHO compte désormais parmi les principaux instituts de recherche au Canada.
  • Prix du chercheur de l’année : Les réalisations exceptionnelles de trois chercheurs de l’IRHO ont été soulignées à l’occasion du Gala de la recherche 2010 de L’Hôpital d’Ottawa. Melissa Bowerman, une étudiante diplômée, a reçu un prix pour ses travaux prometteurs dans l’élaboration de nouveaux traitements contre l’amyotrophie spinale (sous la supervision du Dr Rashmi Kothary); le Dr Lynn Megeney s’est vu décerner un prix pour ses travaux innovateurs sur le développement des cellules souches, et le Dr John Bell a été reconnu pour sa carrière exceptionnelle en recherche, y compris ses travaux avant-gardistes sur l’exploitation des virus oncolytiques pour traiter le cancer. Pour tous les détails, consultez le communiqué.
  • Leadership en recherche clinique : Le Dr Jeremy Grimshaw a été élu coprésident de la Collaboration Cochrane, un réseau international de recherche très prestigieux qui vise à faciliter la prise de décisions éclairées concernant les soins de santé. La Collaboration Cochrane est le leader mondial en évaluation indépendante des interventions médicales et de la recherche médicale. Elle compte plus de 28 000 collaborateurs dans plus de 100 pays. Consultez le communiqué pour avoir plus de détails.
  • Leadership en recherche en néphrologie : Le Dr Kevin Burns a reçu la Médaille d’excellence en recherche de 2010 de la Fondation canadienne du rein. Reconnu comme chef de file en matière d’application de la recherche sur le rein à la pratique clinique, le Dr Burns forme de la prochaine génération de chercheurs en néphrologie. Il a d’ailleurs pris part à la création du programme KRESCENT (programme national de formation scientifique et d’encadrement des chercheurs spécialisés dans le domaine rénal). Lisez le communiqué de la Fondation canadienne du rein pour en savoir plus.
  • Bâtir des installations de recherche de calibre mondial : L’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa a récemment ouvert les portes du Centre de recherche novatrice sur le cancer. Le Centre comprend des laboratoires spécialisés d’essai et de fabrication qui vont accélérer la transformation de découvertes en laboratoire en traitements novateurs pour les patients. Les chercheurs du nouveau centre sont des chefs de file mondiaux dans la conception de traitements biologiques contre le cancer, notamment les virus oncolytiques. Ils s’emploient aussi à mettre au point des thérapies plus personnalisées et adaptées au type de cancer précis de chaque patient. Le Centre de recherche novatrice sur le cancer fait partie des nouvelles installations de recherche qui existent ou qui ouvriront bientôt à l’IRHO grâce à l’obtention d’une prestigieuse subvention de la Fondation canadienne pour l’innovation et au généreux soutien de la collectivité.